Bienvenue chez
Chemical Collective

Avez-vous 18 ans ou plus?

Veuillez confirmer que vous avez 18 ans ou plus.

Vous n'êtes pas autorisé à accéder à la page.

icône d'info 100 € pour les vols nationaux (NL, CZ, DE) 125 € pour le reste de l'UE

Livraison gratuite à partir de 50 € et livraison suivie gratuite à partir de 100 €

Service client amical disponible de 9h à 5h du lundi au vendredi

Livraison gratuite à partir de 50 € et livraison suivie gratuite à partir de 100 €

Service client amical disponible de 9h à 5h du lundi au vendredi

Panier

Votre panier est vide

L'expérience Ayahuasca – DEUXIÈME PARTIE : Mon voyage

expérience ayahuasca
dans cet article
  • Comment cela a-t-il commencé?
  • Devrais-je aller dans la jungle ?
  • La premiere nuit
  • La première dose
  • Boire ou ne pas boire?
  • Les conséquences ont été magiques
  • Deuxième jour – Pas aussi enthousiaste
  • La deuxième cérémonie
  • Affaires collantes
  • Conclusion

Avis de non-responsabilité : les points de vue et opinions exprimés dans cet article sont ceux des auteurs et ne reflètent pas nécessairement la politique ou la position officielle de Chemical Collective ou de toute partie associée.

Comment cela a-t-il commencé?

Dans ce deuxième de deux articles traitant de l’Ayahuasca, je discuterai de mon expérience personnelle avec cette substance et de ce qu’elle m’a appris. Assurez-vous de consulter la PREMIÈRE PARTIE en premier !

J'ai toujours eu un curieux penchant pour l'exploration de soi et j'ai souvent recherché de nouvelles expériences. Je suis tombé sur l'Ayahuasca pour la première fois en regardant Bruce parade embarquez pour l'un de ses voyages dans la jungle. L’expérience s’est révélée difficile, marquée par une purge approfondie. Bruce ne semblait pas non plus en tirer aucun bénéfice.

Rien dans tout cela n’avait l’air agréable.

Pourtant, malgré son expérience, cela a éveillé en moi une curiosité que je n'ai pas pu m'empêcher d'explorer.

Je suis convaincu que ce qui vous convient se présentera tout seul, et il y a quelque chose dans tout cela qui m'a attiré. Je me suis tourné vers YouTube et me suis plongé dans tout ce que je pouvais trouver sur le sujet.

Rien de tout cela ne semblait attrayant au début, mais les témoignages des individus, après l'expérience, ont montré que malgré la nature principalement désagréable du voyage, les conséquences ont donné lieu à une profonde conscience de soi et à un nouveau sentiment de compréhension de soi.

Devrais-je aller dans la jungle ?

expérience ayahuasca

Résidant désormais en Espagne, j'ai remarqué que toutes les expériences dont j'avais été témoin s'étaient déroulées dans la jungle amazonienne et impliquaient des dépenses considérables. En tant que femme seule, la perspective me paraissait trop intimidante. J'ai envisagé de demander à des gens que je connaissais, mais je ne pensais à personne qui considérerait ces vacances comme de belles vacances. La proposition de :

Hé, ça te dirait de voyager dans la jungle avec moi, de prendre des médicaments à base de plantes qui provoquent des vomissements et peut-être d'autres fluides corporels ?

s'est avéré être une vente difficile. Je me suis tourné vers Google pour explorer la possibilité de l'acheter en ligne, car moi, habitué à me lancer seul dans mes voyages vers l'inconnu, je considérais cela comme une option viable.

À ma grande joie, j’ai découvert que c’était légal en Espagne ! J'ai trouvé une retraite appelée Amoraleza qui offrait l'expérience d'une retraite à Santo Daime à quelques heures de route de chez moi. Je leur ai envoyé un e-mail pour connaître leur emploi du temps, car j'avais l'intention de consacrer quelques semaines à la préparation de l'expérience.

J'ai reçu une réponse indiquant :

Oui, nous avons de la place pour vous lors de la retraite de vendredi prochain.

C’était comme si c’était divinement orchestré, ne me laissant d’autre choix que de dire oui. Je ne prenais aucun médicament et suivais un régime végétalien, assurant que Contre-indications n'étaient pas un problème.

La première des deux cérémonies devait commencer vendredi à 7 heures. La destination était à 5 heures de route des montagnes de la Sierra Nevada. Malheureusement, je me suis perdu et j'ai dû être secouru par mon très généreux hôte ! 

Mais une fois arrivé, c'était magnifique. On m'a conduit à ma cabine mais en raison de mon sens de l'orientation épouvantable, j'ai eu peu de temps pour me préparer.

La premiere nuit

L'itinéraire précisait que les participants devaient porter du blanc, alors je me suis changé et je me suis dirigé vers la zone principale. Une grande tente en forme de dôme a été installée pour la cérémonie. À côté, une cuisine extérieure accueillait les autres voyageurs assis et attendant l'événement. Je les ai rejoints et j'ai observé un sentiment d'inquiétude notable parmi le groupe assemblé.

A l'heure dite, nous sommes entrés collectivement dans le dôme, découvrant sa vaste étendue avec un foyer central. Autour du feu ardent, des matelas étaient disposés. Des instructions étaient données aux femmes d’un côté et aux hommes de l’autre. Une fois que nous avons tous trouvé notre place, nous nous sommes levés et avons formé un cercle autour du feu. Les démarches nous furent expliquées ; trois doses seraient administrées tout au long de la soirée, et nous avons été encouragés à améliorer nos expériences avec Viol et Sananga des collyres réputés pour approfondir la perception. Chacun de nous disposait d'un seau pour d'éventuels vomissements, qu'un jeune homme devait vider en cas de besoin. Il s’est avéré qu’il était très occupé…

La première dose

Une substance sirupeuse épaisse dans un petit verre orné. Étonnamment, ce n’était pas aussi écrasant que je l’avais prévu. Le goût était particulier – initialement doux mais laissant un arrière-goût extrêmement amer. Après l'avoir consommé, nous sommes retournés dans nos lits et nous sommes installés. La musique remplissait l'air, mélangeant batterie et guitare, accompagnée de chants émouvants avec des paroles axées sur mère nature et la terre. Cela a créé une atmosphère agréable. Je me suis allongé et j'ai patiemment attendu l'expérience qui se déroulait.

J'ai essayé de me détendre, mais je me suis retrouvé inhabituellement alerte et intensément présent dans l'instant présent. J'avais prévu un départ de mon corps physique, un voyage dans le cosmos, mais cela ne s'est pas produit. Après une période indéterminée, j'ai commencé à ressentir les effets du médicament, non pas dans mon esprit mais dans mon corps. Mon estomac gargouillait et gargouillait, et il me semblait que je pouvais sentir simultanément tout mon système intestinal. Une sensation d'éclatement émanait, traversant de plus en plus profondément, accompagnée d'une sensation croissante de nausée. Résistant à l'envie de vomir, car je voulais garder le médicament en moi, j'ai commencé à me sentir très mal.

Boire ou ne pas boire?

L'hôte a circulé avec la deuxième dose, mais j'ai refusé, parfaitement conscient du fait que j'étais sur le point de vomir et de la probabilité que la nouvelle dose et ce qui avait déjà été ingéré seraient expulsés. J'ai été aux prises avec des émotions contradictoires; le désir de l’expérience se heurtait à la certitude des conséquences physiques. Malgré l’assurance que vomir était une partie acceptable du voyage, j’ai choisi de ne pas prendre la deuxième dose. L'irritation s'est infiltrée alors que je devenais de plus en plus dérangé par la musique, le parfum puissant de l'encens, les offres persistantes de gouttes pour les yeux Rape et Sananga et les sons déconcertants des autres se purgeant. L’expérience entière a commencé à paraître bouleversante, loin de la présence et de la paix attendues.

Le moment est arrivé pour la troisième dose et cette fois je l’ai prise. Heureusement, les nausées s'étaient quelque peu atténuées, me permettant d'avaler le mélange. J'ai réussi à le conserver pendant une brève période, puis la purge a commencé. Les sons gutturaux profonds émanant de ceux qui m'entouraient indiquaient que je n'étais pas seul dans cette expérience.

La déception grandissait en moi au fil du temps, et l’extraordinaire expérience de voyage hors du corps et dans l’univers que j’avais imaginée restait insaisissable.

Même si j'avais perdu toute notion du temps, vers 5 heures du matin, la cérémonie s'est terminée et nous avons été à nouveau invités à nous retrouver autour du feu.

Les conséquences ont été magiques

Je me sentais désorienté et confus ; ce n'était pas l'expérience transformatrice à laquelle je m'attendais. Alors que nous commencions à quitter la tente, on nous a dit qu'il y avait de la soupe à disposition dans la cuisine, mais que je n'étais pas en état de manger. Au lieu de cela, je suis retourné à ma cabane dans les bois. Une fois dans le silence serein de ma cabine, niché dans mon lit, j'ai commencé de manière inattendue à transcender mon corps, entrant dans un espace vaste et inconnu. Ce vaste royaume était dépourvu de toute création – juste une version désincarnée de moi-même et rien d’autre. C’était extraordinaire, un état de liberté totale où rien de ce monde ou de tout autre n’existait. Il n’y avait ni vue, ni son, ni odeur, ni sensation. Je n'existais pas, et pourtant j'existais comme tout. À ce moment-là, j’ai compris que rien d’extérieur à moi n’existait ; tout ce qui a jamais été est ou a été était en moi. Cette prise de conscience annulait tout, car il n’y avait rien à expérimenter puisque j’étais tout.

Deuxième jour – Pas aussi enthousiaste

Je me suis réveillé le lendemain matin vers 11 heures avec un léger coup à ma porte. C'était le gentil jeune homme qui nous avait servi la veille et, à mon grand désarroi, il tenait le verre de la veille, encore à moitié plein. Il m'a expliqué que je ne l'avais pas fini et qu'il m'appartenait, insistant sur le fait que je devais boire le reste. Même si cette idée ne me plaisait pas, j’ai suivi ses instructions et consommé la potion restante. Il m'a conseillé de me lever, de sortir dans la nature et de profiter du soleil. Je me suis rendu au centre et j'ai pris un petit-déjeuner léger composé de fruits et de graines.

Ensuite, je suis allé me ​​promener dans le vaste territoire et je me suis allongé dans un hamac. J'étais toujours déçu, sentant que la nuit précédente n'avait pas été à la hauteur de mes attentes. De plus, il y avait un sentiment d’appréhension à l’idée de répéter toute l’expérience ce soir-là. On m'a informé que le breuvage de la soirée serait différent et probablement plus fort, ce qui a injecté un peu d'optimisme dans mes perspectives.

La deuxième cérémonie

Nous nous sommes réunis et nous sommes assis, partageant nos expériences de la nuit précédente. Les histoires variaient considérablement, certaines exprimant leur amour pour l’expérience tandis que d’autres avaient un sentiment opposé. Un homme était particulièrement mécontent et un autre a déclaré qu'il n'en prendrait plus car les effets l'avaient rendu si malade qu'il avait vomi toute la journée. Malgré ces réponses mitigées, je suis resté déterminé à aller jusqu’au bout et j’ai abordé la soirée avec enthousiasme.

J'étais venu avec un but et je ne voulais pas gâcher cette opportunité, repartir avec le sentiment de m'être laissé tomber.

Je dois admettre que lorsque le premier verre m'a été remis et que j'ai senti l'odeur du breuvage, mon estomac s'est rétracté. Malgré l'aversion, je l'ai bu et l'ai rapidement suivi d'une grande gorgée d'eau pour atténuer le goût. La deuxième expérience m'a semblé un peu plus facile à vivre, peut-être parce que je savais maintenant à quoi m'attendre en termes de sons, d'odeurs et d'atmosphère générale. Cependant, le deuxième breuvage provoqua des effets différents. Bien que l’impact sur mon corps ait été similaire, cette fois-ci, il a également déclenché un besoin pressant d’aller aux toilettes. Accomplir cette tâche s'est avéré difficile, car les toilettes étaient un trou dans le sol situé à quelques centaines de mètres de la tente principale.

C'était assez intimidant de survoler un trou rempli de déchets et de merde comme je n'avais jamais chié auparavant.

Je suis retourné à la tente et je me suis retrouvé à dériver dans et hors de conscience. J'ai réussi à boire la deuxième dose et à la conserver pendant un moment. Cela produisait certainement un effet plus prononcé que la première nuit. Les sons de la musique, de la purge et de l'encens accablant sont devenus écrasants, et malgré l'instruction de ne pas m'éloigner, j'ai ressenti le besoin de m'échapper du dôme pour un peu d'air pur et de silence. En me rappelant le hamac dans lequel j'avais été plus tôt, je suis parti et me suis dirigé vers cet endroit, qui n'était qu'à environ 100 mètres de la tente. Je pouvais encore entendre les battements de tambours lointains et les chants faibles, mais je pouvais aussi voir les étoiles et sentir la brise. Au bout d'un moment, le jeune homme s'est approché de moi et m'a informé que je devais retourner à la tente pour la troisième dose. J’étais pour le moins réticent. Cependant, il a souligné que même si je ne voulais pas le faire, je devrais rejoindre les autres car nous avions commencé l'expérience ensemble et devrions la terminer ensemble.

Il me semblait que toute cette expérience était une horrible perte de temps et je ne voulais pas retourner dans la tente avec son atmosphère bruyante et écrasante. Cependant, alors que je commençais à revenir, quelque chose a changé en moi. J'ai réalisé que j'étais quelque peu enfantin et que je devais me ressaisir et faire face à la situation.

Je me suis senti désolé pour moi-même, mais soudain, une vague de force et de détermination m'a submergé.

Je suis retourné au lit et j'ai pris la troisième dose qui m'était proposée.

Affaires collantes

On nous a tous donné un bâton et on nous a dit de mettre tout ce que nous ne voulions pas emporter avec nous dans ce bâton et de le jeter au feu. Alors que je tenais le bâton dans ma main, j'ai ressenti une profonde poussée de tristesse accablante pour la petite fille en moi qui avait été si excitée à l'idée d'explorer les plans universels et de trouver la paix. Je l'entendis dire :

Mettez-moi dans le bâton. Tu peux rentrer chez toi sans moi. Je resterai ici dans cet endroit, à la montagne, dans la nature, et vous pourrez aller vivre la vie qu'il faut vivre.

J'ai serré fermement le bâton, réticent à la laisser partir. Je l'aimais et j'ai vu sa belle innocence et sa volonté de se sacrifier pour mon bien-être. Elle ne voulait plus être une personne, affronter les défis de la vie. Elle avait envie de devenir une fumée qui s'installait sur les montagnes, libre et sauvage. Elle m'a expliqué que son enthousiasme à l'idée de vivre cette vaste expérience m'avait donné le courage de franchir cette étape. Elle avait toujours su qu'elle ne rentrerait pas à la maison avec moi. C'était mieux pour nous deux.

J'ai pleuré comme un bébé ; l’amour que je ressentais pour elle ne ressemblait à aucun autre. Ma prise sur le bâton rendait mes jointures blanches, mais je savais qu'elle avait raison et je devais la laisser partir. Je me suis levé et j'ai regardé le feu.

Je l'ai jetée dedans et je l'ai regardée brûler.

Une fois réduite à néant, je me recouchai, me couvris d'une couverture et m'assis à quatre pattes comme une bête sauvage. Je me sentais comme un ours puissant et j'ai commencé à bouger avec la musique. Ma timidité et mes inhibitions sont sorties de moi, et je me suis retrouvée à danser dans cette position étrange : me balançant, bougeant, sans attache, libre ! J'ai ressenti en moi un pouvoir que je n'avais jamais ressenti auparavant. Certaine que j’étais entière et que je faisais partie de quelque chose de bien plus grand que moi.

La cérémonie s'est terminée et nous nous sommes tous levés à nouveau, rassemblés autour du feu. Se tenir la main, unis dans nos expériences partagées. Spontanément, tout le monde a commencé à s'embrasser. C'était l'anniversaire de quelqu'un, et tandis que tout le monde chantait avec tout son cœur, l'atmosphère débordait d'amour.

Une pure expérience amoureuse et naturelle.

Il n’y a eu aucune séparation, embarras ou réticence de la part de qui que ce soit. C'était comme si nous ne formions qu'un seul être sous des formes différentes. C'était vraiment magique.

Conclusion

Pour moi, l’Ayahuasca a été une expérience intéressante, même si je n’ai pas activement cherché à la répéter. Cependant, je ne l'exclurais pas si les circonstances se présentaient. Ce n’est pas quelque chose que je qualifierais d’agréable. Les expériences communes ne conviennent pas à tout le monde.

Personnellement, si c’était à refaire, je préférerais n’avoir qu’une seule personne présente pour faciliter, avec silence et sans distractions.

Étant solitaire par nature, mes explorations passées ont été pour la plupart solitaires, et l'environnement chaotique et bruyant avec les autres autour de moi qui vomissaient violemment me semblait distrayant et empiétait sur ma capacité à m'immerger dans l'expérience. 

De retour à la maison, un sentiment de rajeunissement m’a envahi. C’était comme si le médicament avait effectué un nettoyage en profondeur, laissant mon corps remarquablement frais et mon esprit considérablement plus léger.

Cette expérience m’a amené à réaliser qu’une partie de moi avait choisi de rester dans l’étreinte sereine des montagnes sauvages.

Je comprends maintenant que mon voyage dans les profondeurs de la découverte de soi a permis à cette partie délicate de moi-même de se libérer des contraintes de l'existence humaine. En embrassant cette nouvelle légèreté, j’ai reconnu la beauté du lâcher prise, permettant à cet enfant de vivre ses journées dans la nature, libre pour toujours.

Debra Wilkinson | Blogueur communautaire chez Chemical Collective

Debra est l'une des blogueuses de la communauté de Chemical Collective. Si vous souhaitez rejoindre notre équipe de blogueurs et être payé pour écrire sur des sujets qui vous passionnent, veuillez contacter David par e-mail à : blog@chemical-collective.com

partagez vos pensées

Rejoindre la conversation.

1 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Nigel
il y a des mois 2

Debra explose encore une fois le parc ! Un article magnifiquement écrit.

Articles connexes

Nos produits

Produits annexes

Buvards 1V-LSD 150mcg Du 22.00
(127)
1cP-LSD 100mcg buvards Du 18.00
(124)
Buvards 1D-LSD 150 mcg (1T-LSD) Du 29.00
(73)
Micro-granulés 1V-LSD 10mcg Du 15.00
(39)
Tampons 1P-LSD 100mcg Du 18.00
(48)
2-FDCKHCL Du 10.00
(72)
Microgranules 1D-LSD 10 mcg (1T-LSD) Du 20.00
(22)
1V-LSD 225mcg Art Design buvards Du 35.00
(55)
DCKHCL Du 15.00
(44)
Granulés Étoile Rose/Granulés Bleu Bliss Du 17.00
(37)
1cP-LSD 150mcg Art Design buvards Du 25.00
(56)
Granulés 1V-LSD 225mcg Du 35.00
(23)
Pastilles 1D-LSD 225 mcg (1T-LSD) Du 42.00
(12)
DMXE HCL Du 20.00
(44)
icône de récompenses
logo-popup

Programme de récompense

popup-fermer
  • Gagnez
  • Affiliés