Bienvenue chez
Chemical Collective

Avez-vous 18 ans ou plus?

Veuillez confirmer que vous avez 18 ans ou plus.

Vous n'êtes pas autorisé à accéder à la page.

icône d'info 100 € pour les vols nationaux (NL, CZ, DE) 125 € pour le reste de l'UE

Livraison gratuite à partir de 50 € et livraison suivie gratuite à partir de 100 €

Service client amical disponible de 9h à 5h du lundi au vendredi

Livraison gratuite à partir de 50 € et livraison suivie gratuite à partir de 100 €

Service client amical disponible de 9h à 5h du lundi au vendredi

Panier

Votre panier est vide

Psychose et psychédéliques

shutterstock 2066934446
dans cet article
  • Introduction
  • La perspective historique
  • Le paysage actuel
  • Similitudes et différences
  • Sciences et Culture
  • Démystifier le mythe des victimes acides
  • Conclusion

Avis de non-responsabilité : les points de vue et opinions exprimés dans cet article sont ceux des auteurs et ne reflètent pas nécessairement la politique ou la position officielle de Chemical Collective ou de toute partie associée.

Introduction

La pièce a soudainement pris une signification particulière, donnant même aux objets les plus ordinaires une importance étrange que je ne leur attribuerais normalement pas.

Cette première citation, tirée d'un article de recherche, Rêves, états hallucinogènes et schizophrénie, détaille le récit d'un individu sur un trip psychédélique induit par le peyotl.

Ma curiosité a été éveillée par un large éventail d’individus, d’événements, de lieux et de concepts qui n’attiraient généralement pas mon attention. Je n’ai pas essayé de comprendre la situation, mais j’y ai senti une profonde signification.

En revanche, cette deuxième citation, tirée de : Vivre avec la schizophrénie, décrit l'expérience d'une personne avec la psychose.

Cela semble peut-être être une similitude sans surprise. Les expériences des psychédéliques et de la psychose se chevauchent à bien des égards. Les psychédéliques fascinent l’humanité depuis des siècles, nous ouvrant à des états modifiés de conscience et à une compréhension profonde de nous-mêmes et de notre lien avec la nature. Cependant, ce lien apparemment évident entre les psychédéliques et la psychose a suscité un débat et une confusion considérables. Auparavant, certains scientifiques pensaient qu'il s'agissait de variations du même phénomène, mais ils sont désormais considérés comme très distincts les uns des autres. Dans cet article, j'explorerai les similitudes et les différences entre les psychédéliques et la psychose, en démystifiant les idées fausses et en examinant ce que dit la science.

La perspective historique

Au milieu du XXe siècle, les chercheurs pensaient que la psychose et les psychédéliques étaient intrinsèquement liés, les percevant comme des manifestations alternatives de la même expérience.

L’expérience psychédélique était supposée n’être rien d’autre qu’une psychose temporaire.

Articles académiques détaillés se consacraient à contraster les expériences des patients diagnostiqués avec la schizophrénie et ceux qui avaient pris des drogues psychédéliques. La ressemblance entre les descriptions a amené beaucoup de gens à croire que les psychédéliques induisaient une psychose temporaire, fournissant ainsi un modèle scientifique pour étudier la schizophrénie. Des tentatives ont été faites pour identifier un facteur biologique commun sous-jacent aux deux expériences, mais ces efforts se sont révélés infructueux.

Cependant, les années 1960 ont marqué un tournant avec le début d’une malheureuse panique morale autour des drogues psychédéliques, entraînant un déclin de la recherche sur les psychédéliques. Simultanément, le domaine de la psychiatrie s'est orienté vers une approche plus rigoureuse de la médecine fondée sur des preuves, ce qui a posé des défis pour la poursuite de la recherche psychédélique. Les financements et les autorisations pour la recherche sur ces substances ont diminué et pendant longtemps, elles ont été largement oubliées par la communauté psychiatrique.

En revanche, recherche sur la psychose s'est poursuivi sans entrave, mais avec une approche transformée. L'accent s'est déplacé vers la recherche neurobiologique et génétique, tandis que les enquêtes sur les traumatismes de l'enfance et les facteurs sociaux ont reçu moins d'attention et de financement.

La psychanalyse est tombée en disgrâce en raison de son incompatibilité avec les modèles évolutifs de la médecine factuelle.

La psychiatrie a adopté un modèle neurobiologique, cherchant des explications et des traitements pour les troubles mentaux au niveau des gènes et des neurotransmetteurs.

Le paysage actuel

Après une longue période d'inactivité, en raison des restrictions légales sur ces substances, on assiste à une résurgence de la recherche sur les psychédéliques. Johns Hopkins University à Baltimore, Imperial College London, et diverses autres institutions, en mettant l'accent sur l'exploration du potentiel de la thérapie assistée par les psychédéliques dans le traitement de différents troubles mentaux. Dans de nombreuses régions, notamment aux États-Unis et au Canada, une approbation provisoire a été accordée aux patients en phase terminale cherchant à soulager leur anxiété de fin de vie grâce à l'utilisation d'une thérapie assistée par la psilocybine. En 2017, la Food and Drug Administration des États-Unis a classé Thérapie assistée par MDMA comme une percée, et des essais de phase 3 ont été menés avec succès pour des personnes souffrant de trouble de stress post-traumatique. Plusieurs études ont également étudié l'efficacité de l'association de la psilocybine ou kétamine avec traitement pour la dépression résistante au traitement. De plus, des recherches sont en cours sur l’utilisation de l’ibogaïne pour traiter les problèmes de toxicomanie et de la psilocybine pour arrêter de fumer. En outre, il existe un intérêt croissant pour le potentiel du microdosage pour améliorer la créativité et pour l’utilisation d’une thérapie assistée par psychédélique pour aider les personnes aux prises avec un traumatisme.

Pour obtenir l’approbation des régulateurs, de la communauté médicale et des patients potentiels, la recherche psychédélique doit s’attaquer à sa perception culturelle passée problématique et prouver que la thérapie psychédélique s’aligne sur la médecine fondée sur des preuves. Il s’agit d’une tâche difficile pour un groupe de drogues doté d’un important bagage culturel.

En conséquence, tout lien perçu entre les psychédéliques et la psychose est préoccupant..

Rick Doblin, le fondateur de l'influente Association multidisciplinaire pour les études psychédéliques (MAPS), a proposé que nous arrêtions de comparer les psychédéliques aux modèles de psychose, car il suggère que : 

Les expériences psychédéliques peuvent être considérées comme insensées et déformées.

Similitudes et différences

Il convient de noter que même si la psychose et les psychédéliques peuvent entraîner des expériences similaires, il existe des différences significatives entre les deux.

Les principales distinctions résident dans le caractère volontaire de l'expérience et dans sa durée.

Généralement, les psychédéliques sont pris par choix et leurs effets ne durent que quelques heures. En revanche, la psychose survient souvent sans le consentement de la personne et peut persister pendant des jours, des semaines, voire des mois. De plus, les expériences subjectives diffèrent également ; des recherches antérieures ont observé que les hallucinations et la synesthésie (l'expérience simultanée de plusieurs sens) sont plus intenses chez ceux qui ont pris des psychédéliques que chez ceux qui souffrent de psychose.

Certains chercheurs ont reconnu ces différences, d’autres ont exagéré les similitudes entre les deux expériences.

Bien qu'il soit courant d'utiliser les psychédéliques comme modèle pour psychose chez les animaux, certains scientifiques s’opposent à la généralisation de ces recherches aux humains. D'autres chercheurs se sont concentrés sur l'implication commune des récepteurs de la sérotonine, de la dopamine et des opioïdes dans la psychose et dans les expériences avec les psychédéliques. De plus, il existe une suggestion selon laquelle les premiers stades de la psychose partagent un état neurobiologique similaire à celui induit par les substances psychédéliques. 

Bien que nous puissions reconnaître que les expériences de psychose et de psychédéliques diffèrent de manière significative, nous pouvons également reconnaître que leurs similitudes rendent utile leur examen ensemble. Les deux types d'expériences sont très variables et peuvent impliquer diverses sensations psychologiques et physiques, telles que des changements dans les perceptions sensorielles liées à la vision, à l'audition et à l'odorat, ainsi que des altérations de la perception de soi, telles que la dissolution de l'ego et la dépersonnalisation.

De plus, la psychose et les psychédéliques peuvent susciter toute une gamme de réponses émotionnelles, notamment des sentiments de paranoïa, de peur, d’euphorie et de retrait.

Sciences et Culture

Il existe une disparité importante dans les approches scientifiques utilisées pour étudier ces phénomènes. L'étude de la psychose se concentre actuellement sur trouver des justifications génétiques ou neuroscientifiques pour les symptômes associés à cette condition. D’un autre côté, la recherche psychédélique a pris une direction différente, intégrant toujours divers éléments issus de ses premières recherches remontant à plus de 75 ans. Cette divergence peut être attribuée à croyances sous-jacentes et les principes guidant chaque domaine.

En examinant les différents programmes de recherche axés sur la psychose et les psychédéliques, nous pouvons mieux comprendre les différences dans nos croyances et nos objectifs concernant ces deux sujets. Cela peut également mettre en lumière les approches distinctes adoptées envers la psychose et les psychédéliques.

À titre d'exemple, considérons ce que nous choisissons de mesurer. Dans le domaine de la science psychédélique, comme nous l'avons dit, l'accent est souvent mis sur le concepts de sens et de mysticisme. Les chercheurs peuvent donc interroger les participants sur la signification spirituelle de leurs expériences ou s’ils ont ressenti un sentiment de sacré ou d’unité avec l’univers. Les titres de l'actualité mentionnent fréquemment des sujets de recherche décrivant leurs expériences psychédéliques comme incroyablement significatives, les aidant à faire face à des traumatismes passés ou à affronter les défis à venir. Cela contribue à la perception selon laquelle les expériences psychédéliques sont intenses, mais aussi profondes et changent la vie.

En revanche, les gros titres concernant les épisodes psychotiques ont tendance à mettre en avant les difficultés et les éléments angoissants du phénomène, plutôt que de ses qualités mystiques ou inexplicables. Cela s'explique en grande partie par le fait que la recherche sur la psychose s'intéresse principalement à gérer les symptômes et aider les individus dans leur retour à la vie quotidienne.

L’exploration de la signification spirituelle ou symbolique de ces expériences suscite un intérêt limité. En conséquence, il existe peu de recherches qui approfondissent les aspects qualitatifs de la psychose et permettent aux individus de discuter ouvertement des aspects positifs et négatifs, ainsi que de ceux qui sont difficiles à articuler.

Ainsi, la recherche psychédélique reconnaît l’importance des facteurs individuels et contextuels dans la formation de l’expérience psychédélique. La notion de « régler et régler » qui englobe les émotions, les attentes et l’environnement, joue un rôle crucial dans la compréhension de l’impact des psychédéliques sur les individus. Les chercheurs explorent comment des facteurs tels que la musique et la nature influencent l’expérience psychédélique.

En revanche, la recherche sur la psychose néglige généralement l’influence des facteurs individuels sur l’expérience. L’accent reste principalement mis sur l’identification des causes de la psychose et la réduction des symptômes, plutôt que sur l’exploration des caractéristiques contextuelles qui peuvent contribuer aux aspects positifs ou stimulants de l’expérience.

Il semble donc évident qu’en raison de la disparité des approches, il pourrait être bénéfique de réintroduire une certaine collaboration et un certain échange d’idées entre les deux domaines.

Démystifier le mythe des victimes acides

La crainte que les psychédéliques conduisent à une psychose généralisée, souvent alimentée par des anecdotes de « victimes acides » dans les années 1960, a été démystifié par des enquêtes démographiques et des études scientifiques. Les chercheurs analysant des données provenant de grandes populations n'ont trouvé aucune preuve liant la consommation de psychédéliques à un risque accru de problèmes de santé mentale, notamment la schizophrénie, la psychose, la dépression, les troubles anxieux ou les tentatives de suicide.

Bien que des cas individuels d’effets indésirables puissent survenir, ils sont rares. Des conditions comme trouble persistant de la perception hallucinogène (HPPD), caractérisés par des distorsions visuelles persistantes, sont souvent attribués à tort à une consommation psychédélique. Des études ont découvert des cas d'HPPD chez des personnes n'ayant jamais consommé de psychédéliques, ce qui suggère que d'autres facteurs peuvent contribuer à son développement.

Conclusion

Le lien entre la psychose et les psychédéliques a subi des changements importants au cours de l’histoire. Alors que les premiers chercheurs pensaient qu’il s’agissait des deux faces d’une même médaille, la compréhension scientifique actuelle reconnaît leurs caractéristiques distinctes. La recherche sur les psychédéliques connaît un renouveau, offrant des pistes prometteuses pour des applications thérapeutiques et une amélioration de notre compréhension de la manière exacte dont ces substances nous affectent. 

Les différences dans les approches de recherche mettent en lumière les hypothèses et les valeurs qui guident chaque domaine. La recherche psychédélique met souvent l'accent sur les aspects significatifs et transformateurs des expériences, explorant leur signification spirituelle et leur subjectivité. Les études décrivent fréquemment les expériences psychédéliques des participants comme étant parmi les le plus significatif dans leur vie, aidant au traitement des traumatismes et à la croissance personnelle.

En revanche, la recherche sur la psychose se concentre principalement sur la réduction des symptômes et le retour au fonctionnement des individus. Les aspects qualitatifs des expériences psychotiques reçoivent moins d’attention et la recherche explore rarement leurs composantes positives ou insaisissables. L'accent est mis sur la compréhension des causes de la psychose et sur le développement d'interventions, plutôt que sur l'étude des caractéristiques contextuelles susceptibles d'influencer l'expérience subjective.

En remettant en question la stigmatisation, en luttant contre les idées fausses et en explorant les facteurs individuels et contextuels qui influencent à la fois la psychose et les expériences psychédéliques, nous pouvons ouvrir la voie à une recherche responsable et à l'intégration des psychédéliques dans la médecine fondée sur des preuves.

David Blackbourn | Blogueuse communautaire chez Chemical Collective

David est l'un des blogueurs de la communauté de Chemical Collective. Si vous souhaitez rejoindre notre équipe de blogueurs et être payé pour écrire sur des sujets qui vous passionnent, veuillez contacter David par e-mail à blog@chemical-collective.comience.

partagez vos pensées

Rejoindre la conversation.

4 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Nuit
il y a des mois 2

Salut David !
Bel article !
Il y a cette ÉTUDE :https://maps.org/news-letters/v07n3/07318fis.html
C'est sur des enfants schizophrènes dans les années 60, ils semblent tous très bien réagir au LSD !

J'ai personnellement un diagnostic schizo-affectif, et les psychédéliques utilisés avec précaution m'ont beaucoup aidé !
Pour la communauté française : voici une vidéo sur le sujet : https://www.youtube.com/watch?v=DBQWWgNQFHI

Dibdobs
il y a des mois 2

J'ai souvent réfléchi à ce concept. Lorsque les gens discutent d’épisodes psychotiques, il m’est venu à l’esprit que s’ils s’engageaient dans ces conversations avec une personne connaissant l’éveil spirituel, cela pourrait les conduire dans une direction différente.
Au lieu de l’aborder comme s’il y avait quelque chose qui ne va pas chez eux, la situation pourrait être considérée sous un angle totalement différent.

Articles connexes

Produits annexes

Buvards 1V-LSD 150mcg Du 22.00
(127)
1cP-LSD 100mcg buvards Du 18.00
(124)
Buvards 1D-LSD 150 mcg (1T-LSD) Du 29.00
(73)
Micro-granulés 1V-LSD 10mcg Du 15.00
(39)
Tampons 1P-LSD 100mcg Du 18.00
(48)
2-FDCKHCL Du 10.00
(72)
Microgranules 1D-LSD 10 mcg (1T-LSD) Du 20.00
(22)
1V-LSD 225mcg Art Design buvards Du 35.00
(55)
DCKHCL Du 15.00
(44)
Granulés Étoile Rose/Granulés Bleu Bliss Du 17.00
(37)
1cP-LSD 150mcg Art Design buvards Du 25.00
(56)
Granulés 1V-LSD 225mcg Du 35.00
(23)
Pastilles 1D-LSD 225 mcg (1T-LSD) Du 42.00
(12)
DMXE HCL Du 20.00
(44)
icône de récompenses
logo-popup

Programme de récompense

popup-fermer
  • Gagnez
  • Affiliés